h1

Comparateur de revues en sciences humaines et sociales

6 juillet 2010

L’INIST-CNRS a réalisé une étude sur les revues du secteur des SHS (*) et en a structuré les résultats à l’aide du logiciel Omniscope de Visokio. Il en résulte un formidable outil d’analyse de données, à la fois clair, performant et convivial. En agrégeant les données de 7 sources différentes (2 listes, 3 bases de données et 2 portails de revues), le comparateur de revues en SHS ouvre de belles et nombreuses perspectives d’analyse thématique, géographique et par corpus. Ces trois variables pouvant être combinées de manière interactive au gré de l’analyste.

Mes premiers pas avec l’outil m’ont guidé vers quelques observations dont la première n’est pas une surprise:

– SCOPUS totalise le plus grand nombre de revues en SHS,
– sur 11.403 titres au total, 231 sont édités en Belgique (tous corpus et tous domaines confondus),
– sur ces 231 titres belges, 10 seulement sont présents dans les 5 corpus majeurs (AHCI-SSCI, SCOPUS, FRANCIS, ERIH, AERES, ) à savoir:

  • Ephemerides theologicae Lovanienses (UCL-KUL)
  • Iranica Antiqua
  • Le Moyen Age
  • Recherches de théologie et philosophie médiévales
  • Revue d’histoire ecclésiastique (UCL-KUL)
  • Revue internationale de philosophie
  • Revue philosophique de Louvain (UCL)
  • Revue théologique de Louvain (UCL)
  • Scriptorium
  • Viator
extrait du comparateur de revues en SHS de l'INIST-CNRS

Répartition des revues belges dans 5 corpus, tous domaines confondus (Source: INIST-CNRS, 2010)

Avec un tel éparpillement des publications, quel crédit peut-on donné aux statistiques globales qui ne résultent que d’une seule base de données ?

J’ai calculé pour l’ensemble des revues belges en SHS, un « vide de dépouillement » de 31 %. Car les listes AERES et ERIH  retiennent ensemble 72 titres qui ne sont dépouillés par aucune des 3 bases de données (AHCI-SSCI, SCOPUS  et FRANCIS).

Une autre observation est interpellante. Les titres sont parfois indexés de manière différente selon les sources. Cela révèle-t-il des politiques de dépouillement différentes, des divergences de vue ou des qualités variables ? Quel impact cela peut-il avoir sur le résultat des requêtes dans chacune des bases de données, dès lors qu’on l’interroge avec une approche thématique ?

La revue  Scriptorium, par exemple, est indexée dans les domaines suivants, par corpus:

  • AHCI-SSCI: histoire, littérature
  • SCOPUS: sciences de l’information et de la communication
  • FRANCIS: religion et théologie
  • ERIH: études classiques, histoire
  • AERES: archéologie, art et histoire de l’art, histoire

Pour terminer notons que parmi les 10 titres belges communément dépouillés, 4 sont des titres édités par l’Université catholique de Louvain.

(*) Etude réalisée par Karine Métrot, Hélène Prost, Laurence Rageot (INIST-CNRS), mai 2010

Publicités
h1

Heuristique avec Mentionmap

30 juin 2010

L’application Mentionmap créée par asterisq permet de visualiser un compte Twitter sous la forme d’une cartographie interactive. De ce fait on peut voir quelles sont les interactions au sein du réseau et découvrir les affinités, les silences, les personnes à suivre, les améliorations à apporter à son réseau.

L’intégration dans une page WordPress (tel que je l’utilise) ne fonctionne pas mais elle est possible avec Netvibes. C’est ce que j’ai fait pour mon compte personnel Twitter et pour le compte de l’administration de la recherche de l’UCL.

Compte cpellet sur Twitter

h1

Avenir radieux pour nos bibliothèques universitaires

15 juin 2010

Il est parfois difficile de répartir les rôles entre gestionnaires de recherche et bibliothécaires au sein de structures universitaires lorsqu’il s’agit de gestion documentaire et d’information liée aux résultats des travaux de recherche. Cette question n’étant pas claire pour tout le monde, on peut comprendre que cela puisse peser sur l’allocation des moyens.

Aux Etats-Unis il existe un Board on Research Data and Information créé au sein de la Division de la politique et des affaires générales de l’Académie nationale des sciences. La semaine passée, ce Conseil a réuni des experts pour discuter du rôle des bibliothèques dans la conservation, la protection et l’accès des données de recherche.

Gavin Baker (Information Technology Policy Analyst) en a fait un billet qu’il termine par ces mots:

As the volume and complexity of research data grows, it’s clear that libraries and librarians will continue to play a role in managing this information.

C’est évident pour bon nombre des professionnels qui croient en leur mission et qui souhaitent avoir les moyens de l’assumer.

Mais pour l’assumer il faudra aussi être prêt à entrer dans le changement et à rompre bien des clivages. Alastair Dunning, gestionnaire de programme de digitalisation au JISC (UK), exprime le besoin des chercheurs en matière de traitement de l’information dans Digging into data in new ways. Quelle pourrait-être la place du personnel de bibliothèque dans ce processus ?

h1

A vos orages!

11 juin 2010

Pour ceux qui voudraient redorer le blason du personnel de bibliothèque, voici un très bon billet de Christian Fauré: Les enjeux d’une bibliothèque sur le web. Il y est question de l’utilité du web sémantique pour les professionnels de bibliothèque et davantage encore des motivations qui pourraient les amener à renforcer leur rôle d’acteur de service à la société. Les plus convaincus pourraient alors s’intéresser au groupe d’incubation pour la prise en compte des besoins des bibliothèques au sein du W3C

h1

Un guide de rédaction scientifique en libre accès

8 juin 2010

Sur les pages de RédAction Bernard Pochet propose l’intégralité du contenu de son livre La rédaction d’un article scientifique. Petit guide pratique adapté aux sciences appliquées et sciences de la vie à l’heure du libre accès, sous licence Creative Commons. La revue BBF en a fait une critique dans son numéro 3 de 2010.

h1

Ouverture

1 juin 2010

Première prise en main de WordPress

%d blogueurs aiment cette page :